En guise d'éditorial : Un « régime de travail réellement humain » par Alain Supiot

Pour François Ruffin, la gauche c’est le travail. Mais de quel travail parte-t-il, ? S’agit-il du travail entendu comme l’activité spécifiquement capitaliste qui est automédiatisante, c’est à dire que le travail existe pour le travail et non pour un but extérieur comme la satisfaction d’un besoin? Pour Anselme Jappe « Critiquer le travail n’aurait aucun sens si on l’identifie avec l’activité productive en tant que telle, qui, bien sûr, est une donnée présente dans toutes sociétés humaines. Mais tout est différent si on entend par travail ce que le mot désigne effectivement dans la société capitaliste : la dépense auto-réferentielle de la simple force de travail sans égard à son contenu. Ainsi conçu, le travail est un phénomène historique, appartenant à la seule société capitaliste et qui peut être critiqué et éventuellement aboli. » (Anselm Jappe in Crédit à Mort, Ch « Politique sans politique ». Ed Lignes.).

La sincérité et l’engagement de françois Rufiin ne doivent pas être mises en doute. Cependant ne faudrait-il pas, avant tout, se libérer de ce travail et aussi du discours néo-keynésien qui prêche pour une valorisation positive de l’industrialisation?

La pensée selon laquelle n’est admis comme « vrai travail » que le travail salarié et commercialisable ne vise pas à l’émancipation des contraintes dominantes. Le combat de François Ruffin pour relever ces métiers, féminins pour la plupart, est louable mais il faut garder à l’esprit que l’infériorité de ces activités est inhérente à la structure fondamentale du système de production marchande.

Alain Supiot répond à la question de l’interprétation qui est faite de la notion de « régime de travail réellement humain » et des deux limites au-delà desquelles un travail méconnaît la condition humaine : celle d’un déni de la pensée et celle d’un déni de la réalité.

Le chaos (extrait) par Pier Paolo Pasolini

Le chaos (extrait) par Pier Paolo Pasolini

A l’été 1968, Pier Paolo Pasolini inaugure une rubrique dans l’hebdomadaire « Tempo » qu’il intitule « Le Chaos » : c’est l’année des contestations, des manifestations étudiantes, de la lutte pour les droits civils. Dans un pays qui est en train de changer rapidement, Pasolini intervient de manière fortement polémique sur les thèmes dominant du jour, et ce qui sont prétextes à des réflexions.
Voici un extrait du livre qui réunit ses articles. Il concerne une polémique par lettres avec trois jeunes lecteurs qui restent d’actualité en 2022.

lire plus
XIV/ Le travail ne se laisse pas redéfinir.

XIV/ Le travail ne se laisse pas redéfinir.

14ème chapitre du « Manifeste contre le travail ». En 1999, alors que déjà le mouvement alter-confusionniste néo-keynésien et son idéologie alter-capitaliste de défense des « services publics » déployait tout juste au lendemain du contre-sommet de Seattle, la léthargie croissante de son anticapitalisme tronqué contre le seul « capitalisme financier », la revue allemande « Krisis » fondée en 1986 par Robert Kurz, Norbert Trenkle, Ernst Lohoff, Roswitha Scholz et Peter Klein, décidait de synthétiser en un nouveau grand Manifeste ses réflexions théoriques en rupture avec l’ensemble des courants marxistes du XXe siècle et plus encore avec cette gauche néo-keynésienne, dans un livre à large diffusion : le fameux Manifeste contre le travail.
Palim Psao

lire plus
Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 2/2

Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 2/2

Nous avons vu dans la première partie que l’apiculture moderne a une grande responsabilité dans la fragilisation des colonies d’abeilles. Outre les problèmes environnementaux et celui du frelon asiatique, l’apiculture moderne est à l’origine de nombreux facteurs d’affaiblissement des populations d’abeilles
La solution à cette problématique de l’abeille, n’est donc pas de tenter de lutter contre les conséquences visibles (maladie ou parasite) comme cela se pratique sans grand succès depuis des années, mais de s’attaquer aux causes réelles de ces problèmes et de leurs conséquences, et de les éliminer. Ou, tout au moins, faire en sorte que l’abeille n’y soit pas confrontée.

lire plus
Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 1/2

Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 1/2

Nous savons tous que les abeilles sont en grand danger de disparition, or leur travail de butinage est de toute première importance pour notre avenir, et si cette catastrophe se poursuit, cela va perturber grandement le paysage et entre autres, la production de fruits et de légumes.
Les causes de cette disparition qui sont évoquées le plus souvent, sont les maladies, les parasites (le varroa), le frelon asiatique (prédateur redoutable venu de Chine) et les pesticides.
Nous allons voir que cette liste manque de précisions et est malheureusement incomplète.
Concernant les maladies, elles sont apparues voilà une bonne centaine d’années avec la modernisation du travail d’apiculteur. Nos ruches de pailles dans lesquelles les abeilles vivaient selon leur mode de vie naturel, ce qui est toute leur force, ont été progressivement remplacées par des ruches spécialement conçues pour exploiter l’abeille et pour en tirer un maximum de rentabilité et de profit (Miel bien sûr, mais également pollen, propolis et gelée royale). Et nous sommes passés d’une apiculture relativement primaire et paysanne, à une apiculture d’exploitation moderne. Ceci en abandonnant, nos bonnes vieilles ruches de paille ou d’osier dans lesquelles les abeilles travaillaient selon leur mode de vie naturelle et sauvage, ceci pour utiliser des ruches équipées de cadres en vue de cette exploitation.

lire plus
Pourquoi il faut supprimer les partis politiques par Simone Weil

Pourquoi il faut supprimer les partis politiques par Simone Weil

Simone Weil, philosophe française née en 1904, n’avait pas beaucoup de sympathie pour les partis politiques. Simon Weil va même plus loin que cela puisqu’elle était pour la suppression des partis politiques, position qu’elle a exprimée dans un petit texte intitulé « Note pour la suppression générale des partis politiques » paru en 1950 dont il est question dans cet article.

lire plus

Sur le Web

  • Collectif Lieux communs
  • Pièces et Main d’Oeuvre
  • La Sociale
  • ResPublica
Bibliographie détaillée, en français, de et sur Cornelius Castoriadis (01.10.2022)

Cette page contient une erreur : - Un bloc bloc_ombre a une balise de début [bloc_ombre] mais il lui manque une balise de fin [/bloc_ombre] Mise en ligne initiale le… [...]

Nous aider

L'autonomie des uns commençant là où commence celle des autres, ce sont vos libres initiatives qui nous intéressent en premier lieu. Mais nous ne refusons pas les coups de mains,… [...]

« La capacité de reconnaître les sociétés autres va de pair avec la mise en question de ses propres institutions » (2/2)

Voir la partie précédente (.../...) IV – Échanges avec la salle Religion et rationalité dans le monde contemporain Question de la salle : Deux remarques très brèves avant ma question....… [...]

On parle de nous...

En vrac, quelques liens vers les pages de sites qui nous ont mis en lien sans intervention de notre part, classés par période au fil de leur récolte, c'est à… [...]

« La capacité de reconnaître les sociétés autres va de pair avec la mise en question de ses propres institutions » (1/2)

Transcription de la dernière conférence connue et enregistrée de Cornelius Castoriadis, donnée le 22 mars 1997 à Toulouse, quelques mois avant sa mort en décembre, à 75 ans, introduite par… [...]

J'ai visité Aquapole - Quatrième lettre de la "Capitale Verte"

Notre correspondant à Grenopolis, Arthur Morel, a déménagé sur les hauteurs et entamé une formation d'infirmier. Quand elle lui laisse du temps, il poursuit sa découverte de la ville-machine. Ainsi… [...]

Nucléaire en-deçà des Alpes, horreur au-delà

Le saviez-vous ? l'Italie était le troisième producteur occidental d'électricité nucléaire dans les années 60. Elle a pourtant fermé ses centrales en fort peu de temps sous la pression du… [...]

La Marée verte et ses épaves (2)

Toujours en librairie : Le Règne machinal (la crise sanitaire et au-delà). Voir ici Voici, parmi d'autres enquêtes en cours, la suite de La Marée verte et ses épaves, entamée… [...]

Philip K. Dick & Richard Fleischer - Notre Bibliothèque Verte n°47 & 48

Disponible en librairie : Notre Bibliothèque Verte (deux volumes). Voir ici C'est un de ces samedis où l'on sort sonné du cinéma. Il fait beau dehors et les gens, insouciants,… [...]

Pièces et main d'œuvre en podcast sur Floraisons

Nous nous sommes entretenus, trois jours durant, avec les animateurs de Floraisons, un site de podcasts au graphisme élégant et au propos techno-critique et anti-industriel. Même l'habillage sonore est fait… [...]

Macron déclare la guerre au peuple français

Entre deux déplacements à l'étranger et quelques accolades avec le chef d'état iranien — alors que les femmes iraniennes et le peuple iranien en général subissent une répression sanglante —… [...]

Italie : délires « antifascistes » et réalité européenne

Ainsi donc, les électeurs italiens ont permis qu'arrive au pouvoir une coalition de droite dont désormais le principal parti est Fratelli d'Italia (FdI), secondé par le parti de Berlusconi (Forza… [...]

En finir avec le régime des mollahs ! Vive la liberté des femmes et vive la liberté tout court !

En finir avec le régime des mollahs ! Vive la liberté des femmes et vive la liberté tout court ! Ainsi la mollarchie iranienne est à nouveau confrontée à la… [...]

L'Homme descend du songe

L'HOMME DESCEND DU SONGE (Moustaki) Qu'il s'agisse du songe d'une nuit d'été, ou de celui que font les commentateurs de l'univers des politiques et de leurs ayants-droits, tous sont accrochés… [...]

Enrichissez-vous, je m'occupe du reste....

ENRICHISSEZ-VOUS, JE M'OCCUPE DU RESTE… « …depuis une vingtaine d'années, un État dépossédé de ses moyens improvise une tout autre chorégraphie » Le Monde diplomatique août 2022 Enrichissez-vous… le sens… [...]

Têtes de mule

« Six jeunes alsaciennes en résistance » Cette bande dessinée, réalisée et écrite par Etienne Gendrin(1)Né à Mulhouse en 1981., d’après un récit d’Alice Daul(2)Alice Gillig, née Daul le 19 juillet 1916… [...]

Luttes sociales et stratégie syndicale

En cette rentrée 2022, les salariés, la population sont confrontés à une inflation forte qui risque de s’accentuer et de durer. Les salaires dans toutes les branches d’activité sont trop bas,… [...]

Royaume-Uni : la reine est morte, vive le peuple souverain et le retour des mouvements sociaux

Monarchie-mania ou Queen-mania La reine Elisabeth II est décédée. Ce fut l’occasion pour les médias de traiter en boucle jusqu’à la nausée ce sujet sur base de monarchie-mania. Tous les « ravis… [...]

Retraite, le dessous des cartes

Emmanuel Macron a décidé d’accélérer la réforme des retraites quitte à utiliser des procédures expéditives : un amendement au projet de loi sur le financement de la sécurité sociale (PLFSS)… [...]

Recension d’Une femme algérienne écrit par Horria Saïhi

C’est le livre (sous-titré « Au fil de la résistance, j’écris ton nom. Témoignage. », publié chez Hémisphères Éditions, 2022, 473 pages, 24 euros.) que l’on doit avoir dans sa bibliothèque pour lire les… [...]

Commentaires récents

Aucun commentaire à afficher.
Logo Perceval le gallois

Abonnez-vous à la lettre de perceval-le-gallois.fr

En kiosques

La Décroissance 193 – octobre 2022 : Le grand basculement c'est maintenant ?
  • Courriers
    Le grand saut dans la sobriété involontaire, interview de Serge Latouche

  • Éditorial : Ça va disjoncter, par Bruno Clémentin

  • Chronique d’Alain Accardo : Effondrement

  • Revue de presse libérale, par Vincent Cheynet

  • Salo­perie : L’e-sport, par Raoul Anvélaut

  • Écotartufe : Rutger Bregman, par Pierre Thiesset

  • L’action du mois : Lire Georges Bernanos

  • Simplicité volontaire : Vœu de simplicité, interview d’Olivier
    Lectures

  • Sobriété numérique : écrasons les écrans, par Pierre Thiesset

  • Télétravaille et tais-toi, par Denis Cheynet

  • Chronique de François Jarrige : Totalement fibrés

  • Bédé : Stef et le black-out, par Domi et Druilhe

  • Casseurs de pub : L’autocollant « oui pub », par Jean-Luc Coudray

  • Le petit économiste : Inflation, transition, révolution, par Denis Baba

  • International : Ventes d’armes et logique de croissance : même combat, par Tony Fortin

  • Lectures

  • Professeur Foldingue : Gynocène

  • Lectures

  • Débat : Comment parler aux enfants de la crise écolgique ?, avec Cécile Moiroud, Fabrice Hadjadj, Laurence Savignon

  • Le pacte du mois de Nicolas Bertrand : Fin de l’abondance

  • Chronique antinucléaire de Sté­pha­ne Lhomme : La faute originelle de l’industrie nucléaire française.

  • Sté­pha­ne Lhomme : L’ère des « fake nukes »

Pour en savoir plus

Le Monde diplomatique - Octobre 2022
  • Le handicap, première cause de discrimination

  • Les faux amis de l’Ukraine

  • Bioéthique, es-tu là ?

  • Pétrole ou chômage, l’Écosse hésite

  • Au Kenya, la présence contestée de l’armée britannique

  • Entre Kiev et Moscou, l’enjeu du nucléaire

  • En Russie, le mot « guerre » n’est plus tabou

  • Course à l’atome au Proche-Orient

  • En Chine, les fragilités d’un président tout-puissant

  • La fatalité de l’or au Surinam

  • Au Chili, la gauche déçue par le peuple

  • Inflation, profits exceptionnels, crise énergétique : choc sur l’économie mondiale

  • Derrière la vitrine de l’autonomie des établissements scolaires

  • Parcoursup, ou le nouveau nom de la sélection

  • Édition, le tournis des concentrations

  • Au bon vouloir des procureurs

  • Combien pour la crypto-Joconde ?

  • Apportez votre bouteille ! » (…)

Lire plus

Revue Limite n°26 : Bellamy & Ruffin débranchent le Progrès

Limite est une revue d’écologie fondée en 2015. La revue promeut une écologie intégrale qui se fonde sur le sens des équilibres et le respect des limites propre à chaque chose. L’écologie, parce qu’elle est une science des interactions et des conditions d’existence, ne saurait choisir l’humain contre la nature ou la nature contre l’humain.

Pour en savoir plus

Revue de presse

La sobriété pour sauver la planète ?

ResPublica

La sobriété est à la mode ; c’est même elle qui va permettre de lutter contre les dérèglements climatiques, permettre la réduction des rejets de gaz à effet de serre et arriver à la neutralité carbone en 2050. Le terme est utilisé aussi bien par le gouvernement, les grands patrons et banquiers, des universitaires, les partis politiques que par la plupart des associations et ONG se réclamant de l’écologie, de la lutte pour l’environnement, la biodiversité ou contre les dérèglements climatiques ainsi qu’une bonne partie de la presse qui s’en fait un vecteur zélé. Après la résilience, nous sommes devant un nouveau mot-valise qui semble nous offrir la solution aux crises produites par un système d’exploitation sans limites, mais qui, comme souvent, « noie le poisson », car les responsabilités y sont diluées, ni explicitées, ni hiérarchisées ; ce qui permet de gloser, de faire accroire que la solution est accessible sans jamais aborder le problème au fond et donc de maintenir le système de production capitaliste en place.

Ondine Morin, « Sinistrose en mer d’Iroise »

Depuis le début du printemps, il y a quelque chose qui cloche en mer… Comme si elle nous était étrangère, nous ne la reconnaissons pas. Déjà à cause de ses vents dominants dans le secteur nord/nord-est depuis six mois. Un vent détestable et détesté par tous les insulaires. Ce vent qui « rend fou », surnommé le « rugen » nous prend la tête. Il dessèche et il assèche tout sur son passage avec ses coups de fouets vifs et furtifs. Il vient du continent chargé de son lot de particules fines possiblement encore toxiques. Ainsi au cœur d’une île au large, connue pour ses sources et son eau potable dès la préhistoire, cette pénurie d’eau de pluie marque encore plus nos esprits et notre histoire.[…]

Aussi l’artisanat sauvera l’Homme et surtout la biodiversité. Nous en sommes tous responsables. C’est maintenant ou jamais.
Ondine Morin – marin-pêcheur, guide conférencière, Ouessant, 30 août 2022
Les shots du Comptoir – Été 2022

Le comptoir d’un café est le parlement du peuple -Honoré de balzac

Le comptoir

Au Comptoir, nous lisons. Un peu, beaucoup, passionnément. Contre la dictature de l’instant, contre l’agitation de l’Internet et des écrans, contre la péremption annoncée et la critique avortée. Sans limite de genre ni de style, de l’essai au théâtre en passant par l’autobiographie ou le roman et la bande-dessinée, nous faisons le pari du temps long, de l’éternelle monotonie des pages, des jouissances de l’histoire qu’on ne peut lâcher. Parce que « Le savoir est une arme », nous mettons ici, à votre disposition, les recensions des livres qui nous ont marqués ces derniers temps. Pour vous donner, à tout le moins, l’envie d’aller feuilleter dans ces univers qui nous ont séparés du commun des mortels le temps de quelques chapitres.
  • Rire au temps de la honte, Guillaume Orignac, Façonnage, 2021

  • L’invention de la science, La nouvelle  religion de l’âge industriel, Guillaume Carnino, Seuil, 2015

  • Le Crépuscule du monde, Werner Herzog, Séguier, 2022 

  • Le grand démantèlement, Wendell Berry (trad. Thomas Bourdier), R&N, 2022

  • En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation, Sophie Béroud et Martin Thibault, Raison d’agir, 2021 

  • Sésame et les Lys, John Ruskin (trad. Marcel Proust), Rivages Poche, 2011 

  • Comme un désir qui ne veut pas mourir, Alia Mamdouh (trad. Philippe Vigreux), Actes Sud, 2022 

François Lonchampt, « Une merveilleuse victoire qui n’existait pas »

Puisqu’« il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens déjà ratifiés », qu’« aucun gouvernement ne peut gagner contre les marchés », que « des élections ne sauraient changer une politique économique », […] on l’enterrait sur les lieux même où elle était apparue au Ve siècle avant Jésus-Christ, cette vieille démocratie, méprisée par les cénacles de Bruxelles, ouvertement brocardée par la technostructure et par l’aristocratie digitale régnant sur les bases de données, pour qui les cours du Bitcoin reflètent idéalement la volonté générale. Qui restait « le système le plus “bottom-up” de la terre » pourtant, d’après notre jeune Prince, dont il fallait absolument sauvegarder les apparences ; mais les apparences seulement. […] Parce que « les incertitudes liées aux élections nationales sont de nature à faire fléchir les indicateurs conjoncturels de croissance ». Qu’elle constitue un sérieux handicap dans la bataille commerciale où nous sommes engagés – nos concurrents les plus agressifs, du reste, ne s’en embarrassent pas plus que ça. Et qu’elle oblige à perfectionner sans arrêt les instruments du conditionnement pour assurer l’assentiment ou la neutralité des populations, ce qui n’est pas une mince affaire, il faut en convenir, malgré la machine à désorienter qui s’emballe, renversant tous les signes du vraisemblable, et les avancées remarquables des neurotechnologies depuis le bon vieux temps du bourrage de crâne. Car il devient difficile de prendre aucune mesure pour conjurer la débâcle sur un point précis sans l’aggraver sur plusieurs autres, et presque impossible de soutenir ensemble tous les mensonges, mille fois répétés, qui atteignent un degré trop élevé d’érosion […] C’est pourquoi le petit personnel chargé de nous tenir la tête dans le sable s’empêtre dans des explications de plus en plus hasardeuses et les éléments de langage doivent être renouvelés de plus en plus fréquemment. […]

Moi, journaliste fantôme au service des lobbies…

par Julien Fomenta Rosat 21/06/2022 paru dans le Fakir n°(103) Date de parution :19 05 2022

Journal Fakir http://www.fakirpresse.info/moi-journaliste-fantome-au-service-des-lobbies

« On m’a commandé un article pour dézinguer Ruffin. Je l’aime bien, moi, Ruffin… Je réponds quoi ? »
Il y a quelques mois, on recevait un coup de fil de Julien, un copain journaliste qui fait des ménages dans la com’, pour payer les factures.
Articles bidon, médias complices, déstabilisations, grands groupes pleins aux as… Julien nous raconte le business secret des « agences fantômes ».