L’Union Européenne, une chimère démocratique

28 Mai 2024 | 0 commentaires

Introduction

Le discours européen porté par les partis institutionnels de droite ou de gauche est désespérant. Pour faire bonne figure, certains nous proposent une méthode pour la construction d’une autre Europe, c’est à dire de changer les règles du jeu en essayant de convaincre les 27 pays qui forment l’Union Européenne. Remarque au passage : L’Europe et l’Union Européenne sont deux entités différentes que je trouve particulièrement malhonnête de confondre.

Selon Wikipedia, l’Europe est un territoire considéré conventionnellement comme un continent, délimité à l’ouest par l’océan Atlantique et la mer du Groenland, au nord par l’océan Arctique. Sa limite méridionale est marquée par la mer Méditerranée et le détroit de Gibraltar qui la sépare de l’Afrique, tandis que la mer de Marmara (avec les Dardanelles et le Bosphore) et la mer Noire marquent sa frontière avec l’Asie de l’Ouest. Sa limite à l’est, fixée par Pierre le Grand aux monts Oural, au fleuve Oural, à la côte nord-ouest de la mer Caspienne et au Caucase est la limite traditionnellement retenue, mais reste, faute de séparation claire et précise, l’objet de controverses sur l’appartenance ou non d’un certain nombre de pays au continent européen. Géographiquement, l’Europe peut être considérée aussi comme une partie des supercontinents de l’Eurasie et de l’Afro-Eurasie.

L’Union européenne (UE) est une union politico-économique sui generis de vingt-sept États européens qui délèguent ou transmettent par traité l’exercice de certaines compétences à des organes communautaires. Elle s’étend sur un territoire de 4,2 millions de kilomètres carrés, est peuplée de plus de 447 millions d’habitants

Nous pouvons donc nous sentir fortement européen tout en désirant voir notre pays sortir de l’U.E.

Pour Albert Mince (sur le blog de Paul Jorion), en ne remettant pas en cause la construction européenne dans son principe même et le système de l’€uro comme monnaie unique, en nous faisant croire qu’il est possible de transformer l’Union européenne de l’intérieur, on nous joue un très mauvais tour  parce que :

Le titre XV de la constitution et l’aticle 88-1 place les traités européens au dessus de la loi française :

« La République participe à l’Union européenne constituée d’États qui ont choisi librement d’exercer en commun certaines de leurs compétences en vertu du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007. »

Nous sommes face à un mur institutionnel, celui de l’Union européenne. Le problème que nous pose l’U.E. c’est le transfert d’une très grande partie des compétences économiques et commerciales au détriment des États membres. L’Union Européenne est avant tout un carcan juridique solidement verrouillé (Aurélien Bernier).

Les tribunaux administratifs contrôlent la conformité du droit national avec le droit européen d’essence ultralibérale. Toute loi votée par l’assemblée nationale contraire au droit européen serait annulée, par les tribunaux français ! La position du Conseil d’État est parfaitement claire là dessus. Contrôler les capitaux pour éviter leur fuite ou instaurer des droits de douane sur certains produits, n’importe quelle entreprise lésée (une banque, une société financière, une multinationale industrielle ou de services…) attaquerait cette décision et elle gagnerait.

L’Europe sociale est une chimère, elle ne peut mécaniquement pas exister. Dans le chapitre suivant, je reproduis l’article de Albert Mince.

La dimension juridique de l’U.E.

« Depuis un bon demi siècle, l’Europe, vue de la France, c’est la paix, c’est l’union politique, c’est l’union des peuples, c’est la défense commune, ce sont des idéaux, c’est une vague envie fédéraliste. Elle est teintée d’un idéal, couronnée d’une auréole, l’Europe c’est le bien, c’est notre avenir, c’est le progrès ».

En réalité, l’Union européenne, ce n’est qu’un marché commun, agrémenté de quelques embryons de coopération dans des domaines annexes. Son but, ce n’est pas la paix, la politique, l’amour : c’est la destruction des entraves à la libre concurrence entre entreprises. C’est l’application littérale, et presque sans exception, de la doctrine libérale. De fait, depuis l’Acte unique européen, adopté en 1986, aucun autre État ou association d’états n’aura appliqué aussi strictement les présupposés libéraux. Toute la capacité d’action de l’Union est tournée vers cet objectif, au détriment de tous les autres.

Le point est simple et définitivement entériné par la Constitution européenne adoptée par les parlements au mépris des référendums français, néerlandais. Le principe est très clair : juridiquement, l’Europe politique, cela n’existe pas. Pire : c’est interdit. Seule l’Europe libérale existe.

En effet, il existe dans le fonctionnement institutionnel communautaire un double degré de traitement dans la façon d’adopter les projets de loi européens.

Différence de traitement entre les mesures de libéralisation (favoriser la concurrence, le marché…), adoptées très simplement, et celles d’harmonisation politique et sociale (impôts, protection sociale au sens large, politique étrangère…), qui sont, elles, pratiquement impossibles à voter.

Il serait démocratique et logique de rendre identique le mode de prise de décision européenne en tous domaines, c’est-à-dire décider que les mesures soient soit toutes adoptées à la majorité qualifiée (scénario fédéraliste) soit toutes adoptées à l’unanimité (scénario de blocage). Car, aujourd’hui, l’Union européenne est un espace politique libéral par essence. Tout comme les anciens régimes soviétiques étaient, constitutionnellement, des États communistes. Alors, que l’Europe politique; l’Europe sociale soit des chimères, et l’Europe libérale soit la seule réalité du moment, pourquoi pas, si tel est le choix démocratique de l’ensemble des États membres ; mais encore faut-il que ce soit su, et que ce soit réversible ! Une constitution doit être économiquement neutre, sinon il s’agit d’un traité de libre échange. Il ne s’agit pas d’un positionnement de gauche ou de droite, d’affirmer la supériorité d’un modèle économique sur l’autre, mais simplement de rendre possible l’équilibre des actions, de rendre envisageable l’hypothèse sociale, de rendre possible l’alternance des politiques économiques. Par ailleurs, dans ces conditions, comment peut-on aujourd’hui sérieusement prétendre diriger un gouvernement de gauche dans un pays européen, alors que la mécanique communautaire impose, sans autre perspective, une politique économique de droite, plus libérale que tout autre pays ne l’a jamais été ? Comment prendre des mesures internes de protection sociale, réduisant notre compétitivité face à nos chers voisins, alors que tout le système macroéconomique européen pousse en sens opposé ? Alors qu’il est interdit aux organes communautaires d’adopter des mesures d’harmonisation sociale ?

L’Europe c’est formidable dans l’idée, et il faut bien lui reconnaitre quelques qualités et quelques réussites, mais, pitié, que l’on arrête de nous inonder les tympans de grands discours pro-européens idéalistes. […]

Mais voilà, l’Europe c’est loin, c’est technocratique, c’est compliqué, l’économie on n’y comprend rien.

C’est bien dommage. Le droit non plus on n’y comprend rien, mais jetons tout de même un œil. Le problème se résume en une phrase : toute décision visant à un renforcement du libéralisme est prise à la majorité qualifiée, c’est-à-dire assez simplement ; tout autre domaine requiert une décision à l’unanimité, ce qui veut dire, dans une union à 27 États membres, que c’est quasiment impossible : comment mettre d’accord tant de points de vue contraires !

Concrètement, si l’on examine les quelques passages clés, c’est tristement drôle… Voyez plutôt.

En Europe, les Traités consolidés sont la compilation des différents traités qui forment la constitution de l’Europe. Parmi eux, nous allons regarder plus précisément les principaux, ceux qui régissent la prise de décision communautaire.

Les principes sont exposés à l’article 16 du traité sur l’Union européenne (abrégé «TUE» pour les intimes : eh oui, l’article 16 tue) :

Article 16

(…) 1. Le Conseil statue à la majorité qualifiée, sauf dans les cas où les traités en disposent autrement.

Le Conseil, ce sont les représentants des États. Il y a un représentant par État (par exemple, tous les ministres européens des Transports si la loi envisagée parle d’ouverture à la concurrence des chemins de fer), donc 27 personnes autour de la table. Et nous commençons donc sur les chapeaux de roue par des complications : le principe ce n’est pas la majorité simple (avoir 50% des voix, trop simple), non, le principe c’est la majorité qualifiée. Mais alors, qu’est-ce que la majorité qualifiée, peut-on légitimement s’interroger ? Vous allez voir, c’est pratique, c’est marqué juste en dessous, au paragraphe 4 :

4. (…) la majorité qualifiée se définit comme étant égale à au moins 55 % des membres du Conseil, comprenant au moins quinze d’entre eux et représentant des États membres réunissant au moins 65 % de la population de l’Union.

Houla. Si on reformule : dans notre Europe à 27 membres, il faut que 15 États se mettent d’accord, et qu’il soient plutôt des «gros» États pour que leurs habitants représentent presque les deux tiers de habitants de l’Union. On poursuit ?

(…) Les autres modalités régissant le vote à la majorité qualifiée sont fixées à l’article 238, paragraphe 2 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

Eh bien, maintenant que nous sommes intrigués, allons voir. Cette fois, c’est moins pratique, il faut foncer quelque cent trente pages plus loin (oui oui, la « constitution », ce précieux document que tout citoyen doit pouvoir s’approprier, fais plus de cent cinquante pages bien tassées…), 130 pages plus loin se trouve donc l’article 238, c’est dans le deuxième traité important, le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE)…

 Article 238 TFUE

1. Pour les délibérations qui requièrent la majorité simple, le Conseil statue à la majorité des membres qui le composent.

Là, c’est logique : la majorité, c’est la majorité. On ne voit pas qui irait inventer que la majorité c’est la minorité […]. Ceci dit, citer l’évidence est une véritable passion pour les rédacteurs des actes de l’Union.

2. (…) lorsque le Conseil ne statue pas sur proposition de la Commission ou du haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, la majorité qualifiée se définit comme étant égale à au moins 72 % des membres du Conseil, représentant des États membres réunissant au moins 65 % de la population de l’Union.

Bien, bien, bien… En français :

1    si c’est la Commission qui pilote le projet (la Commission, ce sont les fonctionnaires non élus, les fameux technocrates européens), dans ce cas la décision est prise à la majorité (enfin, comme on l’a vu plus haut, à la majorité qualifiée, soit 55 % etc.),

2    si c’est le Conseil qui prend l’initiative (c’est-à-dire les États, c’est-à-dire une instance censée être plus représentative et démocratique), on lui fait moins confiance : il faut désormais 72 % pour atteindre la majorité, soit 20 États sur 27, c’est beaucoup moins commode.

La prime à la technocratietechnocratie La technocratie est la classe de la puissance, de l’expertise et de la rationalité technicienne à l’ère technologique - celle de la révolution industrielle permanente - afin de révolutionner constamment ses produits et moyens de production. La technocratie asservit ainsi le capital et l’État à ses desseins de (toute-)puissance. Le mot de technocratie apparaît en 1919 sous la plume de William Henry Smyth, un ingénieur américain. est donc gravée dans le marbre.

Une dernière précision, quelque 60 articles plus loin ?

Article 293 TFUE

1. Lorsque (…) le Conseil statue sur proposition de la Commission, le Conseil ne peut amender la proposition que statuant à l’unanimité (NDR : sauf rares exceptions).

La subtilité n’est pas négligeable : lorsque la mesure est présentée par la Commission, le Conseil doit voter à la majorité qualifiée de 55 % (vous vous en rappelez, c’est quelques lignes plus haut). Oui, mais s’il veut juste apporter quelques modifications au texte présenté ? eh bien non, là, c’est uniquement possible à l’unanimité. Du coup, l’alternative que propose la Commission est : votez mon texte tel quel ou rejetez-le en bloc. Voilà donc une méthode simple pour passer en force et éviter les ajustements.

C’est drôle le droit constitutionnel, non ? Attendez, ce n’est pas fini. Parce que la majorité qualifiée, 55 %, 72 %, blablabla, ce n’est que la règle générale. Maintenant, il y a les exceptions.

On a parlé rapidement du vote à la majorité simple (50 %) : le cas de figure est assez rare ; on ne s’attarde donc pas.

En revanche, il existe une deuxième exception, bien plus fréquente : le vote à l’unanimité. Voter à l’unanimité, c’est mettre tout le monde d’accord, c’est donner le même pouvoir de décision à l’Angleterre et à la Lituanie, à l’Allemagne et à la Grèce : tout le monde a le droit de veto, tout le monde peut tout démolir à tout moment. Il est presque impossible, dans ces conditions, de décider. Essayez déjà de vous mettre d’accord avec 27 amis sur la prochaine séance de ciné à aller voir ensemble et on en reparle, alors sur un sujet politique…

Certes, mais quand vote-t-on à la majorité qualifiée et quand vote-t-on à l’unanimité ? Vous nous pardonnerez une réponse légèrement schématique, parce que l’on pourrait rigoler plus longuement en s’acharnant sur les détails mais, grosso modo : pour tout ce qui concerne la construction du « marché intérieur » (c’est-à-dire libéralisme, c’est-à-dire dérégulation, libéralisation, règles favorisant la concurrence), c’est à la majorité qualifiée. Le reste, c’est à l’unanimité. Le reste, ça fait beaucoup : politiques sociales, défense, culture, santé…

Voilà donc comment le moteur institutionnel européen est mécaniquement libéral.

Ah, si la force de frappe de la Commission pouvait être mise au service de la lutte contre les inégalités, contre le dumping social et fiscal et non pas au service unique de libre concurrence sauvage… Mais c’est interdit. Le libéralisme n’est pas un gros mot, chacun ses opinions. Le libéralisme-totalitarisme, l’absence de toute autre possibilité politique est en revanche plus qu’inquiétante, elle est insupportable. […]

Le Parlement européen, une potiche ?

La commission, dont les membres sont nommés par les États a le monopole des propositions des actes législatifs. Les règlements et directives imposées aux États membres proviennent exclusivement de la commission. Si le Parlement européen peut censurer la commission, il ne dispose ni de l’initiative des lois, ni le dernier mot sur celles-ci. Le Parlement européen ne possède aucun pouvoir de contrôle sur le « gouvernement européen que constitue de fait le Conseil contrôlé par aucune assemblée. Les cas où le Parlement a pu rejeté un projet de directives sont extrêmement rares, et dans le cadre de procédures de « codécisison ».

Le Parlement européen ne dispose d’aucune compétence sur les traités. Dans le cadre de l’U.E. les traités ne sont pas ratifiés par le Parlement.

La modification des traités ultra-libéraux qui fondent l’U.E. par le Parlement est donc impossible.

Cette manière de légiférer doit être qualifiée de brutale et totalitaire parce qu’elle soustrait la politique économique et sociale du champ de la délibération démocratique en la figeant dans des traités de rang supranational (Delaume C., Cayla D. La fin de l’Union Européenne, Ed. Michalon).

Ça devrait vous plaire aussi :

Gramsci et les greffes d’ovaires

Gramsci et les greffes d’ovaires

Qu’aurait pensé le philosophe Antonio Gramsci (1891-1937), cofondateur du Parti communiste italien (1921), de l’artificialisation et de la marchandisation de la reproduction humaine, telles qu’elles se développent aujourd’hui, en attendant de devenir la norme ? Que pensait-il de l’eugénisme/transhumanisme, déjà hégémonique de son temps, parmi les biologistes et les adeptes du « socialisme scientifique » (Trotski, Bogdanov & Cie) ? Il se trouve que le petit bossu à grosse tête a publié là-dessus, en 1918, un article que PMO remet en circulation.

L’écoféminisme

L’écoféminisme

L’écoféminisme est une transmission. C’est l’œuvre des femmes qui étaient avant nous,c’est pour nous et c’est pour les femmes après nous. C’est une matrilinéarité magnifique. C’est quelque chose qui réside dans la chair, cela fait corps. C’est aussi un rapport avec tout ce qui n’est pas humain.

Élections 2022 par « Lieux communs »

Élections 2022 par « Lieux communs »

Les élections françaises suivent depuis des décennies une trajectoire en spirale descendante : chaque scrutin accentue les traits les plus régressifs du précédent. Les non-campagnes électorales n’arrivent même plus à cacher la nullité des prétendants tandis que le délabrement omniprésent de la société est devenu un fait admis. Cachée par une apparente continuité institutionnelle, la crise de régime larvée révèle un chaos idéologique et social qui s’approfondit et nous fait entrer dans un univers de moins en moins familier.

0 commentaires

Soumettre un commentaire