Si j’avais des millions par Colette Le Peutrec

6 Juil 2024 | 0 commentaires

Si j’avais des millions ….c’est le titre d’une chanson de Dalida que certains ici ont connu

Dalida dit « si j’étais cousue d’or… »

d’or …or non pas d’or …pas dort….dors- je ? Dormez vous ?

Rêvez vous ?

de millions comme Dalida ?

« Rêvez de millions » Dalida dit comme Jacques a dit

j’ai rêvé de millions……

…….d millions de chauve souris ont déferlé en nuées

je sentais qu’elles avaient un but, des cibles à atteindre

je voyais qu’elles s’organisaient en gros nuages noirs comme poussés par un vent tempétueux

je voyais non pas d’en dessous mais du dessus ,

autour de la planète,

la nuée se séparer en gros blocs pour se diriger vers des points très précis, semblait il.

Je m’interrogeais

où se dirigeaient elles ? Et pourquoi là bas ?

Et je voyais aussi autre chose……

D’abord j’ai cru à leur ombre sur la Terre

mais non ce n’était pas leur ombre

c’était des milliers de rats qui couraient vers ces mêmes points.

Ce ne fut pas très long ,

quelques instants pour ce qu’il me semblât une immobilité.

Soudain j’entendis des sirènes hurlées de douleur,

je vis des jets de lumière éclater des satellites m’environnant

et en de multiples points de la Terre.

En m’approchant illico et fissa dans le noir alentour d’un incendie gigantesque,

quelqu’un me dit :

« ça y est c’est fini ……….la silicon valey n’existe plus »…….

« ils ont rongé les câbles, bouché les tuyaux, broyés les puces, coupé les fils, souillé les claviers, brouillé les ondes, dévoré la paperasse et ceci voyez vous chère madame me dit encore l’oiseau, car je voyais maintenant qui m’avait parlé, dans les millions de zones du monde de la même nuisance :

Maison Blanche, Kremlin, CE de Bruxelles, bâtiments administratifs et financiers de tous les pays, Cap Canaveral, Total energy etc….il ne reste plus rien de tous ces empires qui nous asservissaient »

Étions nous nus ? neufs ?

Le jour se levait.

Non, ce n’était pas le soleil qui se levait, il ne s’était pas couché.

C’était que les chauve souris avaient disparu.

Elles laissaient derrière elles un ciel d’azur, d’été, clair, frais ,

un petit vent doux et caressant.

Je ne voyais plus les rats ; je voyais des gens…… nus ?……neufs ?

Dans leurs yeux, je pouvais lire que tous n’étaient pas d’accord .

Finalement non, ils n’étaient pas nus et pas neufs.

De la franche violence à la placide résignation,

du désir de puissance à la passivité,

de la joie à la terreur,

il y avait tous les degrés de l’humain dans ces yeux là.

Allait on encore une fois se laisser prendre dans les rets d’un empereur avide et malade de puissance tel un César, un Elon Musk, un Napoléon ?

Allait on répéter l’histoire ?

L’oiseau me dit alors  « c’est bien beau toutes ces questions mais je me meurs. Moi, si j’avais des millions d’insectes à me mettre dans le bec je serai moins circonspect ou complètement affolé au sujet de mon avenir »

Je ne sus que lui dire

car quoi lui dire ?

Les attaques de chauve souris et de rats n’existent que dans les rêves et dans le réel, la commission européenne vient tout juste de prolonger l’autorisation de la phosphine, un puissant insecticide,

Ça devrait vous plaire aussi :

Pour une bifurcation holistique et donc écologique par Bernard Teper

Pour une bifurcation holistique et donc écologique par Bernard Teper

La plupart des discours politiques se caractérisent : soit par des considérations uniquement sociétales et identitaires évacuant les questions économiques et sociales, soit par des considérations uniquement économiques donc productivistes, soit par des souhaits écologistes qui, faute de rupture au niveau de l’économie capitaliste, sont incapables de réaliser leurs visions subjectives, soit par l’utilisation des principes moraux du bien contre le mal sans étude scientifique sérieuse du réel et de son évolution, soit par le refus d’un discours holistique en partant d’un fait isolé dans son écosystème économique et écologique pour en faire une généralité qui s’imposerait à tous et toutes.

L’écoféminisme

L’écoféminisme

L’écoféminisme est une transmission. C’est l’œuvre des femmes qui étaient avant nous,c’est pour nous et c’est pour les femmes après nous. C’est une matrilinéarité magnifique. C’est quelque chose qui réside dans la chair, cela fait corps. C’est aussi un rapport avec tout ce qui n’est pas humain.

Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 2/2

Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 2/2

Nous avons vu dans la première partie que l’apiculture moderne a une grande responsabilité dans la fragilisation des colonies d’abeilles. Outre les problèmes environnementaux et celui du frelon asiatique, l’apiculture moderne est à l’origine de nombreux facteurs d’affaiblissement des populations d’abeilles
La solution à cette problématique de l’abeille, n’est donc pas de tenter de lutter contre les conséquences visibles (maladie ou parasite) comme cela se pratique sans grand succès depuis des années, mais de s’attaquer aux causes réelles de ces problèmes et de leurs conséquences, et de les éliminer. Ou, tout au moins, faire en sorte que l’abeille n’y soit pas confrontée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire