XIV/ Le travail ne se laisse pas redéfinir.

18 Sep 2022 | 0 commentaires

Après des siècles de dressage, l’homme moderne est tout simplement devenu incapable de concevoir une vie au-delà du travailTravail Pour le courant de la critique de la valeur, Il ne faut surtout pas entendre le travail ici comme l'activité, valable à toute époque, d'interaction entre l'homme et la nature, comme l'activité en générale. Non, le travail est ici entendu comme l'activité spécifiquement capitaliste qui est automédiatisante, c'est à dire que le travail existe pour le travail et non plus pour un but extérieur comme la satisfaction d'un besoin par exemple. Dans le capitalisme le travail est à la fois concret et abstrait. Source: Lexique marxien progressif. En tant que principe tout puissant, le travail domine non seulement la sphère de l’économie au sens étroit du terme, mais pénètre l’existence sociale jusque dans les pores de la vie quotidienne et de l’existence privée. Le “ temps libre “ (l’expression évoque déjà la prison) sert lui-même depuis longtemps à consommer des marchandises pour créer ainsi les débouchés nécessaires.

Mais par-delà même le devoir de consommation marchande intériorisé et érigé en fin en soi, l’ombre du travail s’abat sur l’individu moderne en dehors du bureau et de l’usine. Dès qu’il quitte son fauteuil télé pour devenir actif, tout ce qu’il fait prend aussitôt l’allure du travail. Le jogger remplace la pointeuse par le chronomètre, le turbin connaît sa renaissance post-moderne dans les clubs de gym rutilants et, au volant de leurs voitures, les vacanciers avalent du kilomètre comme s’il s’agissait d’accomplir la performance annuelle d’un routier. Même le sexe suit les normes industrielles de la sexologie et obéit à la logique concurrentielle des vantardises de talk-shows.

Si le roi Midas vivait encore comme une malédiction le fait que tout ce qu’il touchait se transformait en or, son compagnon d’infortune moderne, lui, a dépassé ce stade. L’homme du travail ne se rend même plus compte qu’en assimilant toutes les activités au modèle du travail, celles-ci perdent leurs qualités sensibles particulières et deviennent indifférenciées. Bien au contraire : seule cette assimilation à l’indifférenciation qui règne dans le monde marchand lui fait attribuer à ces activités un sens, une justification et une signification sociale. Par exemple, face à un sentiment tel que le deuil, le sujet de travail se trouve désemparé, mais la transformation du deuil en “ travail du deuil “ fait de ce “ corps étranger émotionnel “ une donnée connue dont on peut parler avec autrui. Même les rêves sont déréalisés et indifférenciés en “ travail du rêve “, la dispute avec un être aimé en “ travail relationnel “ et le contact avec les enfants en “ travail éducatif “. Chaque fois que l’homme moderne veut insister sur le sérieux de son activité, il a le mot “ travail“ à la bouche.

L’impérialisme du travail se traduit ainsi dans la langue de tous les jours. Nous sommes habitués à employer le mot “ travail “ non seulement à tout va, mais aussi à deux niveaux de signification différents. Depuis longtemps, le “ travail “ ne désigne plus seulement (comme ce serait plus juste) la forme d’activité capitaliste dans le turbin devenu sa propre fin, il est devenu synonyme de tout effort dirigé vers un but, faisant ainsi disparaître ses traces.

Ce flou conceptuel prépare le terrain à une critique aussi douteuse que courante de la société de travail, critique qui opère à l’envers, c’est-à-dire en considérant l’impérialisme du travail de façon positive. On va même jusqu’à accuser la société de travail de ne pas encore assez dominer la vie avec sa forme d’activité propre, parce qu’elle donnerait au concept de travail un sens “ trop restreint “ qui excommunie moralement le “ travail individuel “ ou l’“ auto-assistance “ non rémunérée (le travail à la maison, l’aide entre voisins, etc.) et qui n’admet comme “ vrai “ travail que le travail salarié et commercialisable. Une réévaluation et une extension du concept de travail sont censées faire disparaître cette fixation sur un aspect particulier et les hiérarchisations qui en découlent.

Cette pensée ne vise donc pas l’émancipation des contraintes dominantes, mais un simple rafistolage sémantique. La conscience sociale est supposée conférer “ réellement “ les lettres de noblesse du travail » à des formes d’activité extérieures à la sphère de production capitaliste et restées jusque-là inférieures : voilà comment on compte résoudre la crise manifeste de la société de travail. Mais l’infériorité de ces activités n’est pas seulement due à une certaine conception idéologique. Elle appartient à la structure fondamentale du système de production marchande ; et ce ne sont pas de gentilles redéfinitions morales qui pourront l’abolir.

Consommation

Dans une société régie par la production marchande comme fin en soi, seul ce qui est représentable sous une forme monétaire peut passer pour une richesse réelle. Le concept de travail ainsi déterminé irradie certes souverainement sur toutes les autres sphères, mais seulement de manière négative, en montrant qu’elles dépendent de lui. Les sphères extérieures à la production marchande restent ainsi nécessairement dans l’ombre de la sphère de production capitaliste parce qu’elles ne s’intègrent pas à la logique abstraite d’entreprise qui vise l’économie de temps – aussi et surtout lorsqu’elles sont essentielles à la vie, comme le secteur d’activité séparé (défini comme “ féminin“) du foyer, de l’affection, etc.

À l’inverse d’une critique radicale du concept de travail, l’extension moralisatrice de ce concept ne voile pas seulement l’impérialisme social réel de l’économie marchande, mais s’intègre également à merveille dans les stratégies autoritaires de la gestion de la crise par l’État. Donner une “ reconnaissance “ sociale également au “ travail ménager “ et aux activités du “ tiers-secteur “[1]Désigne la part de l’économie qui ne relève pas directement de l’économie de marché officielle ou de l’État, à savoir le travail personnel, l’économiesouterraine, … Continue reading. en en faisant du travail à part entière, cette revendication, apparue dans les années 70, spéculait d’abord sur des transferts d’argent public. Mais l’État, à l’époque de la crise, inverse les rôles en mobilisant l’élan moral de cette revendication dans le sens du fameux “ principe de subsidiarité »[2]Terme emprunté au jargon des eurocrates. Désigne le principe selon lequel toute décision doit être prise à l’échelon national le plus proche du citoyen, à moins qu’elle ne relève … Continue reading, et contre les espoirs matériels mêmes que cette revendication véhiculait.

Ce n’est pas l’autorisation de pouvoir racler les marmites déjà quasi vides des finances publiques qui se trouve au centre des louanges du “ bénévolat “ et du “ service citoyen “. Ces louanges vont plutôt servir de prétexte au repli social de l’État, au programme de travail forcé en cours et à la lamentable tentative de faire supporter le poids de la crise en priorité aux femmes. Les institutions sociales officielles abandonnent leurs engagements sociaux et les remplacent par un appel à la mobilisation aussi aimable que peu coûteux : il appartient désormais à chacun de combattre la misère – la sienne et celle des autres – par sa propre initiative et bien sûr en oubliant les revendications matérielles. C’est ainsi qu’interprété faussement comme programme émancipateur, le fait de jongler avec la définition de la toujours sacro-sainte notion du travail favorise grandement l’État dans sa tentative de réaliser le dépassement du travail salarié en liquidant le salaire et en conservant le travail sur la terre brûlée de l’économie de marché. Cela prouve involontairement qu’aujourd’hui l’émancipation sociale ne peut pas avoir pour contenu la revalorisation du travail, mais seulement sa dévalorisation consciente.


« Des services simples et personnalisés peuvent, outre la prospérité matérielle, faire croître également la prospérité immatérielle. Ainsi le bien-être d’un client peut-il être augmenté lorsque des prestataires de services effectuent à sa place un travail pénible qu’il aurait dû faire lui-même. En même temps le bien-être des prestataires augmente quand leur amour-propre croît à la suite de quelque activité. Rendre un service simple et personnalisé vaut mieux pour le psychisme que de rester au chômage. »

Rapport de la Commission sur les questions d’avenir des États libres de Saxe et de Bavière, 1997

« Tiens-toi fermement au savoir-faire qui fait ses preuves dans le travail ; car la nature elle-même le confirme et y donne son consentement. Au fond, tu n’as guère d’autre savoir-faire que celui qui est acquis par le travail, le reste n’est qu’une hypothèse du Savoir. »

Thomas Carlyle, Travailler et non pas désespérer, 1843

References

References
1 Désigne la part de l’économie qui ne relève pas directement de l’économie de marché officielle ou de l’État, à savoir le travail personnel, l’économiesouterraine, l’économie alternative (NdT)
2 Terme emprunté au jargon des eurocrates. Désigne le principe selon lequel toute décision doit être prise à l’échelon national le plus proche du citoyen, à moins qu’elle ne relève des instances européennes (NdT).

Ça devrait vous plaire aussi :

Pourquoi il faut supprimer les partis politiques par Simone Weil

Pourquoi il faut supprimer les partis politiques par Simone Weil

Simone Weil, philosophe française née en 1904, n’avait pas beaucoup de sympathie pour les partis politiques. Simon Weil va même plus loin que cela puisqu’elle était pour la suppression des partis politiques, position qu’elle a exprimée dans un petit texte intitulé « Note pour la suppression générale des partis politiques » paru en 1950 dont il est question dans cet article.

L’importance actuelle de la Colonne de Fer dans la mémoire de la révolution espagnole par Miguel Amorós

L’importance actuelle de la Colonne de Fer dans la mémoire de la révolution espagnole par Miguel Amorós

La guerre civile espagnole n’était pas une simple confrontation entre la « démocratie » et le « fascisme », comme le prétendent souvent les historiens progressistes, dont l’imaginaire exclut la lutte des classes. C’est avant tout une révolution ratée qui s’est déroulée dans un contexte international marqué par une formidable crise économique et la montée des totalitarismes. Elle s’est déroulée sur deux fronts, et là se situe cette caractéristique que l’on veut à tout prix cacher ou déformer : à l’avant-garde, contre les fascistes et les rebelles militaires, et à l’arrière, contre la révolution prolétarienne. Le 19 juillet 1936, la classe ouvrière s’est vue obligée de descendre dans les rues de nombreuses villes et villages espagnols pour affronter le coup d’État militaire, quasiment à mains nues. L’État espagnol amorphe s’est effondré du jour au lendemain.

Demain l’empire ? par David Engels

Demain l’empire ? par David Engels

Postscriptum du livre de David Engels « Le déclin. La crise de l’Union Européenne et la chute de la république romaine – quelques analogies historiques » [2013], l’Artilleur 2021.
La symétrie entre le passé romain du Ier siècle av. J.-C. et notre situation contemporaine semblant d’une rigueur accablante, comment pourrait-on supposer que la suite de l’histoire européenne sera fondamentalement différente du cours qu’a pris le monde romain après la crise de la République ? Et même si les parallèles entre le XXI’ siècle européen et la fin de la République romaine n’étaient que le résultat d’un hasard de l’histoire, une analyse des similarités possibles entre l’Union européenne du futur et l’histoire romaine post-républicaine n’est pas dénuée d’intérêt, ne serait-ce qu’en tant qu’exemple des facteurs qui ont poussé la République romaine à devenir l’Empire.

0 commentaires

Soumettre un commentaire