II/ La société d’apartheid néo-libérale

15 Sep 2018

Une société centrée sur l’abstraction irrationnelle du travailTravail Pour le courant de la critique de la valeur, Il ne faut surtout pas entendre le travail ici comme l'activité, valable à toute époque, d'interaction entre l'homme et la nature, comme l'activité en générale. Non, le travail est ici entendu comme l'activité spécifiquement capitaliste qui est automédiatisante, c'est à dire que le travail existe pour le travail et non plus pour un but extérieur comme la satisfaction d'un besoin par exemple. Dans le capitalisme le travail est à la fois concret et abstrait. Source: Lexique marxien progressif développe nécessairement une tendance à l’apartheid social, dès lors que la vente réussie de la marchandiseMarchandise La marchandise n'est pas un simple objet. Elle est en fait pleine de "subtilités métaphysiques". Contrairement au simple produit, elle a une nature double : à la fois valeur d'usage et valeur. Ce qui fait qu'elle peut être utiliser ou consommer est ce qui détermine sa valeur d'usage, ce qui fait qu'elle peut être échangée contre n'importe quelle marchandise ou simplement vendue signifie qu'elle posséde une valeur sans rapport avec ses qualités particulières d'objet. Elle est une matérialisation du temps abstrait. Source: Lexique marxien progressif-force de travail, de règle devient exception. Depuis longtemps, toutes les fractions du camp du travail, qui englobe tous les partis, ont subrepticement accepté cette logique et poussent elles-mêmes à la roue. Elles ne s’affrontent plus pour savoir si une part toujours plus grande de la population sera ou non laissée sur le bord de la route et exclue de cette participation sociale, mais seulement comment faire passer, bon gré mal gré, cette sélection.

La fraction néo-libérale abandonne en toute tranquillité la sale besogne du darwinisme social à la  » main invisible  » du marché. C’est ainsi qu’on démantèle les structures de l’État social pour marginaliser, aussi discrètement que possible, tous ceux qui n’arrivent plus  à suivre la concurrence. Seuls les membres ricanants de la confrérie des gagnants de la globalisation sont encore considérés comme des hommes. La machine capitaliste, qui n’a d’autre finalité qu’elle-même, accapare naturellement toutes les ressources de la planète. Dès que celles-ci ne peuvent plus être mobilisées de manière rentable, elles doivent être mises en friche, même si, juste à côté, des populations entières meurent de faim.

Quant à ces fâcheux « déchets humains », ils relèvent de la police, des sectes religieuses millénaristes, de la mafia et de la soupe populaire. Aux États-Unis et dans la plupart des pays d’Europe centrale, il y a aujourd’hui plus d’hommes emprisonnés que dans n’importe quelle dictature militaire. Et en Amérique latine, il meurt quotidiennement plus d’enfants des rues et d’autres pauvres sous les balles des escadrons de la mort de l’économie de marché qu’il n’y a eu de contestataires assassinés à l’époque de la pire répression politique. Il ne reste aux exclus qu’une fonction sociale : celle de l’exemple à ne pas suivre. Leur sort doit inciter tous ceux qui jouent encore à la chaise musicale de la société de travail à lutter pour les dernières places. Et, par-dessus le marché, tenir en haleine la masse des perdants, de sorte que ceux-ci n’aient même pas l’idée de se révolter contre les exigences insolentes de ce système.

Ubérisation
Source : Retraités CGT Manche

Mais même au prix de l’abdication de soi, le meilleur des mondes de l’économie de marché totalitaire ne prévoit pour la plupart qu’une place d’homme souterrain dans l’économie souterraine. Il ne reste aux hommes qu’à proposer humblement leurs services comme travailleurs ultra-bon marché et esclaves démocratiques aux gagnants de la globalisation plus fortunés. Ces nouveaux  » pauvres qui travaillent  » peuvent ainsi cirer les chaussures des derniers hommes d’affaires de la société de travail moribonde, leur vendre des hamburgers contaminés ou surveiller leurs centres commerciaux. Ceux qui ont laissé leur cervelle au vestiaire peuvent même rêver de devenir millionnaires comme prestataires de service !

Dans les pays anglo-saxons, ce monde terrifiant est déjà la réalité pour des millions d’hommes et de femmes, sans même parler du Tiers-Monde et de l’Europe de l’Est ; et en Euroland, on se montre décidé à vite rattraper le temps perdu. Depuis longtemps, la presse économique ne cache plus le futur idéal du travail [1]le patronat non plus. tel qu’elle se l’imagine : les enfants du Tiers-Monde qui nettoient les pare-brise des voitures aux carrefours sont l’exemple lumineux de l’ » esprit d’initiative  » auquel doivent aspirer les chômeurs face à ce « manque total de prestations de service  » qui serait le nôtre [2]Valérie Pécresse défend mordicus la profession de promeneur de chiens..  » Le modèle du futur est l’individu patron de sa force de travail et de sa protection sociale « , écrit la Commission pour les questions d’avenir des États libres de Bavière et de Saxe. Et de poursuivre :  » Plus les services simples et personnalisés sont bon marché, plus la demande est grande : c’est-à-dire que les prestataires de service y gagnent moins.  » Alors que ces affirmations provoqueraient une révolte sociale dans un monde où l’amour-propre existe encore, elles ne suscitent qu’un hochement de tête impuissant dans ce monde de bêtes de somme qu’est la société de travail.


« Le criminel avait détruit le travail tout en emportant le salaire d’un ouvrier. À lui maintenant de travailler sans rémunération et d’entrevoir les bienfaits du succès et du gain même dans son cahot. […]
Le travail forcé doit l’éduquer au travail honnête comme action personnelle et librement choisie . »

Wilhem Heinrich Riehl, le Travail allemand, 1861

References

References
1 le patronat non plus.
2 Valérie Pécresse défend mordicus la profession de promeneur de chiens.

Ça devrait vous plaire aussi :

Le chaos (extrait) par Pier Paolo Pasolini

Le chaos (extrait) par Pier Paolo Pasolini

A l’été 1968, Pier Paolo Pasolini inaugure une rubrique dans l’hebdomadaire « Tempo » qu’il intitule « Le Chaos » : c’est l’année des contestations, des manifestations étudiantes, de la lutte pour les droits civils. Dans un pays qui est en train de changer rapidement, Pasolini intervient de manière fortement polémique sur les thèmes dominant du jour, et ce qui sont prétextes à des réflexions.
Voici un extrait du livre qui réunit ses articles. Il concerne une polémique par lettres avec trois jeunes lecteurs qui restent d’actualité en 2022.

XIV/ Le travail ne se laisse pas redéfinir.

XIV/ Le travail ne se laisse pas redéfinir.

14ème chapitre du « Manifeste contre le travail ». En 1999, alors que déjà le mouvement alter-confusionniste néo-keynésien et son idéologie alter-capitaliste de défense des « services publics » déployait tout juste au lendemain du contre-sommet de Seattle, la léthargie croissante de son anticapitalisme tronqué contre le seul « capitalisme financier », la revue allemande « Krisis » fondée en 1986 par Robert Kurz, Norbert Trenkle, Ernst Lohoff, Roswitha Scholz et Peter Klein, décidait de synthétiser en un nouveau grand Manifeste ses réflexions théoriques en rupture avec l’ensemble des courants marxistes du XXe siècle et plus encore avec cette gauche néo-keynésienne, dans un livre à large diffusion : le fameux Manifeste contre le travail.
Palim Psao

Pourquoi il faut supprimer les partis politiques par Simone Weil

Pourquoi il faut supprimer les partis politiques par Simone Weil

Simone Weil, philosophe française née en 1904, n’avait pas beaucoup de sympathie pour les partis politiques. Simon Weil va même plus loin que cela puisqu’elle était pour la suppression des partis politiques, position qu’elle a exprimée dans un petit texte intitulé « Note pour la suppression générale des partis politiques » paru en 1950 dont il est question dans cet article.

0 commentaires