Le nouveau fétichisme par Ernesto sabato

22 Juin 2021

Extrait du livre majeur de Ernesto Sabato qui rend compte de la crise universelle qui allait venir en Occident. Son expérience de physicien, qui s’était soldée par une crise existentielle, le plaçait en effet aux premières loges pour remarquer que la science, création de l’homme, avait échappé à son contrôle et allait lentement l’asservir et le transformer en rouages d’une grande machinerie.

Durant les XVIIIe et XIXe siècles se propagea finalement une véritable superstition de la science, ce qui revient à dire que la superstition même découla de ce qui aurait dû ne pas être superstitieux. C’était inévitable : la science était devenue une nouvelle magie et l’homme ordinaire croyait d’autant plus en elle qu’il la comprenait de moins en moins.

La réduction de l’Univers à la Matière-en-Mouvement fut à l’origine d’idées de plus en plus folles. Ce fut d’abord la tentative de localiser l’âme dans une glande. Puis ce fut la recherche de l’âme au moyen d’ampèremètres et de compas ; tandis que certains dédiaient à trouver l’origine de l’intelligence et de la sensibilité à l’aide d’appareils, d’autres comme Fechner, organisaient des défilés de messieurs devant divers rectangles, pour déterminer statistiquement l’essence de la beauté ; et d’autres, enfin, exposaient brusquement une feuille sous le regard d’un sujet, en notant le temps de réaction à l’aide d »un chronomètre. Au même moment, Gall et Lavater perpétraient leur phrénologie et leur physionomie – oh, esprit de Balzac ! -. Et à la fin du XXe siècle, Pavlov analysa la salivation d’un chien devant un morceau de viande, avec et sans torture.

Hommes et engrenagesTraduit par Thomas Bourdier – Préfacé par Juan Asensio

Ce qu’il convient de noter ici, c’est la manière avec laquelle la mentalité de la science parvint à devenir dominante et tomba dans les extrêmes les plus grotesques quand on l’appliquait à des sujets éloignés de la matière brute. Et le paradoxe curieux mais compréhensible qui fait que les défenseurs les plus fervents sont ceux qui la connaissent le moins. Au bout du compte, les premiers qui au XXe siècle commencèrent à douter de la science furent les mathématiciens et les physiciens ; ainsi, alors que tout le monde commençait à faire preuve d’une foi aveugle envers la science, ce sont les pionniers les plus notables qui se mirent à douter d’elle. Comparez la prudence de physiciens comme Eddington avec la certitude d’un médecin, qui utilise toute sorte d’ondes et de rayons avec l’impavidité tranquille que lui confère sa complète ignorance. Caché derrière ses appareils, dont le fonctionnement reste pour lui un profond mystère, il accuse de charlatanisme le pauvre diable qui continue à se soigner en accord avec les vieilles superstitions, sans se rendre compte que la plus grande partie de la thérapeutique contemporaine ne consiste qu’en des superstitions que l’on a affublées de noms grecs. Si en1900 un charlatan disait soigner par suggestion, les médecins se mettaient à rire, car à cette époque ils ne croyaient qu’aux chose matérielles, comme un muscle ou un os ; mais aujourd’hui ils pratiquent eux-mêmes cette même superstition, après lui avoir donné le nom de « médecine psychosomatique ». Subsiste en eux le fétichismeFétichisme Marx compare le rapport des individus face aux marchandises au sein de la société capitaliste à celui des sociétés primitives face aux totems ou autres fétiches. En accordant une puissance exterieur à sa propre production, l'être humain se soumet à une forme de non-conscience. Le caractère fétiche de la marchandise implique une inversion du rapport sujet/objet si bien que les individus se retrouvent dominés par les objets qu'ils produisent. La logique d'accumulation abstraite de la valeur (la valorisation de la valeur) engendre un double mouvement: d'une part, une chosification des personnes et de leurs relations (réification) et d'autre part, une personnification des choses. Le fétichisme capitaliste se retrouve dans le fait d'attribuer un caractère naturel aux catégories capitaliste que sont le travail, la marchandise (de même que la proportion dans laquelle elles s’échangent semble appartenir à leur nature, de la même manière que les propriétés chimiques du carbone ou de l’hydrogène déterminent la forme d'un corps), le marché ou bien l'Etat. Dans ce monde réellement renversé, les rapports entre les hommes prennent la forme de rapports entre les choses. de la machine, de la raison et de la matière, et ils s’enorgueillissent des grands triomphes de la science, du seul fait d’avoir remplacé la variole par le cancer.

L’écrivain argentin Ernesto Sabato en février 1977 en France. Source: Télérama

La faille essentielle de toute la médecine actuelle provient de ce fondement philosophique fallacieux des trois siècles passés, celui de la séparation naïve entre l’âme et le corps, de ce matérialisme naïf qui conduisait à chercher toute maladie dans le somatique. L’homme n’est pas un simple objet physique, dépourvu d’âme ; pas plus qu’il n’est qu’un simple animal : il est un animal qui n’a pas seulement une âme mais un esprit, et le premier des animaux qui a modifié son propre milieu, sous l’action de sa culture. En tant que tel, il est un équilibre – instable – entre sa propre psyché et son milieu physique et culturel. Peut-être qu’une maladie peut représenter une rupture de cet équilibre, qui parfois peut être provoquée par une impulsion somatique et à d’autres moments par une impulsion animique, spirituelle ou sociale. Il n’y a rien de bien difficile à penser alors que les maladies modernes comme le cancer sont essentiellement dues au déséquilibre que la technique et la société moderne ont produit entre l’homme et son milieu. Des changements environnementaux provoquèrent bien la disparition d’espèces entières, et tout comme les grands reptiles en purent survivre aux transformations qui se déroulèrent à la fin du mésozoïque, il se pourrait bien que l’espèce humaine soit incapable de supporter les changements catastrophiques du monde contemporain. Ces changements sont en effet si terribles, si profonds et surtout si vertigineux, que ceux qui furent responsables de la disparition des reptiles sont insignifiants en comparaison. L’homme n’a pas eu le temps de s’adapter aux brusques et puissantes transformations que sa technique et sa société ont produites tout autour de lui et il n’est pas bien risqué d’affirmer qu’une bonne partie des maladies modernes sont un des moyens dont use le cosmos pour éliminer cette orgueilleuse espèce humaine.

L’homme est le premier animal qui a créée son propre milieu. Mais – ironiquement – il est aussi le premier animal qui, de cette manière, est en train de se supprimer lui-même.

Vue sous cet angle, la mécanisation de l’Occident est la tentative la plus grande, la plus spectaculaire et la plus sinistre d’extermination de la race humaine. S’y ajoute le fait que cette tentative est l’œuvre de ces mêmes êtres humains.

Ça devrait vous plaire aussi :

Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 2/2

Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 2/2

Nous avons vu dans la première partie que l’apiculture moderne a une grande responsabilité dans la fragilisation des colonies d’abeilles. Outre les problèmes environnementaux et celui du frelon asiatique, l’apiculture moderne est à l’origine de nombreux facteurs d’affaiblissement des populations d’abeilles
La solution à cette problématique de l’abeille, n’est donc pas de tenter de lutter contre les conséquences visibles (maladie ou parasite) comme cela se pratique sans grand succès depuis des années, mais de s’attaquer aux causes réelles de ces problèmes et de leurs conséquences, et de les éliminer. Ou, tout au moins, faire en sorte que l’abeille n’y soit pas confrontée.

Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 1/2

Les conséquences des dérives du monde moderne sur les abeilles par jean-Claude Guillaume 1/2

Nous savons tous que les abeilles sont en grand danger de disparition, or leur travail de butinage est de toute première importance pour notre avenir, et si cette catastrophe se poursuit, cela va perturber grandement le paysage et entre autres, la production de fruits et de légumes.
Les causes de cette disparition qui sont évoquées le plus souvent, sont les maladies, les parasites (le varroa), le frelon asiatique (prédateur redoutable venu de Chine) et les pesticides.
Nous allons voir que cette liste manque de précisions et est malheureusement incomplète.
Concernant les maladies, elles sont apparues voilà une bonne centaine d’années avec la modernisation du travail d’apiculteur. Nos ruches de pailles dans lesquelles les abeilles vivaient selon leur mode de vie naturel, ce qui est toute leur force, ont été progressivement remplacées par des ruches spécialement conçues pour exploiter l’abeille et pour en tirer un maximum de rentabilité et de profit (Miel bien sûr, mais également pollen, propolis et gelée royale). Et nous sommes passés d’une apiculture relativement primaire et paysanne, à une apiculture d’exploitation moderne. Ceci en abandonnant, nos bonnes vieilles ruches de paille ou d’osier dans lesquelles les abeilles travaillaient selon leur mode de vie naturelle et sauvage, ceci pour utiliser des ruches équipées de cadres en vue de cette exploitation.

Éléments d’écologie politique – Pour une refondation par Quentin Bérard

Éléments d’écologie politique – Pour une refondation par Quentin Bérard

L’écologie politique pourrait-elle être autre chose que l’écologisme, ce mélange d’idéologies gauchisantes, d’ambitions technocratiques et de gestions au jour-le-jour des catastrophes en cours et à venir ? Et annonce-t-elle un autre avenir que la mise en place d’une écocratie, régime planétaire inévitablement rythmé par les effondrements mais organisant autoritairement le rationnement de populations résignées et culpabilisées ?

0 commentaires