Quelle place pour la démocratie directe ?

vendredi 24 février 2017
popularité : 52%

La démocratie directe est une idée très ancienne . C’est l’assemblée des citoyens athéniens. On la retrouve dans le principe des votations helvétiques.*

Le problème de la démocratie directe est double :

  • La complexité des solutions qui augmente de plus en plus dans notre monde actuel. Cela implique une nécessité de plus en plus grande d’uns spécialisation de notre personnel politique. Pour rédiger une loi, il est possible d’en donner les orientations mais quant à sa rédaction dans des termes en rapport avec les règles juridiques de notre constitution, cela demande des compétences particulières de spécialistes.
  • Nous vivons dans un environnement où nous disposons d’une très grande quantité d’informations plus ou moins pertinentes. Il faut des règles pour prendre des décisions permettant de différer le moment où il est possible de reprendre la discussion. C’est une règle fonctionnelle extrêmement importante pour la prise de décision qui n’est pas compatible avec la démocratie directe où c’est possible de tout discuter en permanence. Cela ne fonctionne pas. Frédéric Lordon dans un article du Monde diplomatique d’avril 2016 «  Nuit debout, convergences, horizontalité » dit ques dans les assemblées générales des « Nuits debout » où il est beaucoup question de transversalité il faut tout de même que des règles de fonctionnement implicites soient adoptées. Cela est nécessaire parce qu’il y a un vrai problème informationnel de gestion à la fois de connaissances et d’informations qui imposent d’adopter des règles heuristiques pour éviter la saturation.
  • La nécessité d’avoir des règles et celle de ne pas avoir à les soumettre en permanence à la volonté des assemblées empêche la mise en œuvre de la démocratie directe. Cependant il faut reconnaître que le système démocratique très vertical pose des problèmes de rapport entre les individus qui ont besoin à certains moments de pouvoir prendre des décisions directement et d’une certaine manière de réintroduire de la légitimité populaire dans un système qui est devenu très technique et très professionnel.

Par conséquent les référendums sont des éléments clé dans nos démocraties. Il y a d’une part le fonctionnement général de notre système démocratique pour toute une série de raisons fonctionnelles et de règles de débat (un débat sans règles n’est pas un débat) et d’autre part la possibilité de réintroduire régulièrement de la démocratie directe, rôle des référendums.

 [1]


RussEurope – Blog de Jacques Sapir sur la Russie et l’Europe