« Le monde naturel correspond au monde spirituel » - Illuminisme

mercredi 27 janvier 2010
popularité : 50%

 Emmanuel Swedenborg  , Le Ciel, ses merveilles et l’Enfer

L’homme ignore aujourd’hui ce qu’est la correspondance ; la principale raison de cette ignorance est que l’homme s’est éloigné du ciel par l’amour de soi et du monde. [...] Les Anciens ont agi autrement ; la science des correspondances fut la principale de toutes les sciences. Par elle, ils acquirent l’intelligence et la sagesse, et ceux de l’Église  , communication avec le Ciel, car la science des correspondances est la science angélique. Les Très-Anciens, qui étaient des hommes célestes, pensaient comme les anges d’après la correspondance même ; aussi est-ce pour cela qu’ils s’entretenaient avec les anges et que le Seigneur se montrait très souvent à eux, et les instruisait. Aujourd’hui on ignore ce qu’est une correspondance parce que cette science est complètement perdue.
Sans la perception de ce qu’est la correspondance, on ne peut avoir aucune notion claire du monde spirituel, de son influx dans le monde naturel, du spirituel relativement au naturel ; ni aucune notion de l’esprit de l’homme qui est appelé âme, de son opération dans le corps, ni de l’état de l’homme après la mort. Il faut décrire par conséquent ce qu’est la correspondance. Cela préparera la voie pour ce qui va suivre. Le monde naturel correspond au monde spirituel, non seulement dans le commun, mais encore dans chacune des choses qui le composent. Chaque chose qui existe dans le monde naturel, d’après une chose spirituelle, est dite correspondante. Il faut savoir que le monde naturel existe et subsiste d’après le monde spirituel, absolument comme l’effet d’après sa cause efficiente.

Emmanuel Swedenborg  , Le Ciel, ses merveilles et l’Enfer, R.S.F., 1960

 K. Von Eckartshausen, Catéchisme de la chimie supérieure.

Catéchisme de la Chimie Supérieure pour prouver l’Analogie des vérités de la Nature avec les vérités de la Foi, par un adorateur de la Religion de la Nature [...] :

Question : Quels sont les Douze Articles de l’authentique communauté de lumière ?
Réponse : 1. - J’adhère et je crois à une force créatrice du feu, qui a donné naissance au ciel et à la terre, ou encore [...] à ce qui est volatil et à ce
qui est fixe. 2. - J’adhère et je crois aussi à une lumière produite par cette force du feu, lumière qui est la maîtresse de l’univers ou la force toute-puissante dans la nature. 3. - Cette lumière pure, émanant du feu, est reçue par l’esprit le plus pur, et née de la forme la plus pure. 4. - Cependant, elle a dû souffrir au royaume de l’impur ; elle a été dissociée, mortifiée et enfouie sous terre. 5. - Alors, la lumière descend au plus profond de la matière ; et au bout de trois époques, c’est-à-dire après trois réunions de trois forces spirituelles avec trois formes purifiées, elle se redresse, à nouveau vivante. 6. - Elle se rehausse jusqu’à la perfection suprême, en tant que force de lumière brillante du feu tout-puissant. 7. - Et après avoir atteint à cette perfection suprême, elle est capable de rendre vivant tout ce qui est mort, et parfait tout ce qui est imparfait. 8. - Je crois à l’esprit de lumière éma¬nant du feu et de la chaleur, et je le connais. 9. - La sainte, universelle et véritable communauté de lumière, association et union de ceux qui sont capables de lumière. 10. - Abolition des maladies et de la misère. 11. - Renouvellement de notre être. 12. - Et félicité suprême de la vie.
Question : En quoi consiste le principal contenu de ces Douze Articles ?
Réponse : Il consiste, pour celui qui est capable de lumière, à suivre les lois de la lumière, qu’il reconnaît par la raison, et qu’il pratique par sa volonté. À savoir, qu’il n’existe qu’une seule force universelle, en une substance et essence, et qu’en même temps celle-ci est triple dans son évolution : force du feu en tant que force créatrice ; force de lumière en tant que force d’union ; et force de l’esprit, émanant du feu et de la lumière, en tant que force formatrice de toutes choses. Cet esprit qui émane conduit tout à la perfection, et par des moyens ordonnés à l’achèvement suprême.

K. Von Eckartshausen, Catéchisme de la chimie supérieure, In Pierre Riffard, L’ésotérisme, Robert Laffont, Coll.« Bouquins », 1990


L’ésotérisme : kabbale, franc-maçonnerie, soufisme